LaVie dESOVE. - Collections/Aesops Fables/rescans...je ne fuis pas d'advis d'avoir des Valets qui me

Download LaVie dESOVE. - Collections/Aesops Fables/rescans...je ne fuis pas d'advis d'avoir des Valets qui me

Post on 02-Jul-2018

216 views

Category:

Documents

4 download

TRANSCRIPT

8 LaVie dESOVE. Ce qui fut caufe que tous cnfemble commencerent a s'en mocquer. Affeurement difoit Tun, c'eft un hargneux, qui monftre les dents. Qu'eft-ce qu'il peut avoir veu, demandoit l'autre, qui l'oblige ainfi a rire ? Ce n'eft pas rire, adjoutoit un troifieme, c'eft fe re-frogner. Parmy ces railleries, ils defiroient tous fjavoir a quel propos il s'eftoit eclatte de rire. Ce qui fit qu'un d'entr' eux, luy en ayant demande la caufe 3 Retire toy d'icy, repondit Efope, l brebis de mer! Paroles qui le rendirent ii confus, qu'il s'en alia tout a l'inftant. Enfuite de ces chofes, Xanthus s'enquit du Marchand, combien il vouloit vendre le Muficien: Mais comme il eut fait reponfe, qu'il luy coufteroit mille oboles, Pcxcez du prix Pen degoufta, & le fit venir au Grammairien. D'abord il Pinterrogea de quel Pays il cftoit? De Lydie, repondit-il. Que fqah-tu faire, reprit Xanthus. Toutes cbofes, repliqua PEfclave. Ce qu'oyant Efope, le rire luy echappa, comme auparavant. A caufe dequoy un des Difciples s'obftinant plus fort a vouloir apprendre, pourquoy il rioit ainfi a tout propos 3 Va-t'en le luy demander, luy repondit un de ks com-pagnons, fi tu veux eftre appelle Bouc mar in. Sur ces entrefaites, Xanthus s'informa derechef du Marchand, combien il defiroit vendre le Grammairien ? A quoy ayant fait reponfe, qu'il en vou-loit avoir trois mille oboles, le Philofophe fe rebutta d'un fi haut prix, & s'en alia d'un autre coft6. U fut neantmoins retenu par fes Efcoliers, qui luy demanderent fi ces Efclaves ne luy eftoient point agreables ? Ils me plaifent aflez, leur repondit Xanthus, mais je ne fuis pas d'advis d'avoir des Valets qui me couftent fi cher. Puis qu'il ne tient qu'a cela, dit un de leur trouppe, il n'y a, ce me femble, aucune Loy, qui vous deffende d'achepter le plus dif-forme de tous. Car avec ce qu'il ne vous fervira pas moins bien que les autres, nous fommes contens de payer ce qu'il couftera. Vrayment, adjouta Xanthus, il feroit beau voir que vous four-nifliez l'argent, & que j'acheptaffe la marchandife. Cela ne feroit pas raifonnable, joinft que fay une Femme qui ayme trop la net-tete, pour fouffrir d'eftre fervie d'un homme li laid, & fi mal pro-pre. C'eft a quoy vous ne devez pas vous arrefter, luy rpondi-rent les Efcoliers, puis qu'il y a unefentence qui dit, Quit ne faut point obeir a la Femme. Bien done, repliqua le Philofophe, faifons marche de cet Efclave difforme. Mais avant que pafler outre, voyons s'il f ait quelquechofe, afinde n'employer pas mal noftre argent. La-deflus eftant retourne vers Efope 5 Rejouy-toy, luy dit-il. Pourquoy? repondit Efope, eftols-je maintenant trifle? Je te falue, adjouta Xanthus 3 Et moy je te falue auffi, dit Efope. Le Philofophe n'eltant pas moins eftonnS que fes Efcoliers, d'une fi foudaine

Recommended

View more >